Vanessa Zahorian, du Ballet de San Francisco, parle de Dancing Aurora

Vanessa Zahorian est sur la voie rapide depuis qu'elle a rejoint le San Francisco Ballet en 1997. Elle a atteint le rang de danseuse principale en seulement cinq ans. Et au cours de la dernière décennie, elle n'a cessé d'impressionner son public dans un large éventail d'œuvres classiques et contemporaines.La saison dernière, Vanessa ...

Vanessa Zahorian est sur la voie rapide depuis qu'elle a rejoint le San Francisco Ballet en 1997. Elle a atteint le rang de danseuse principale en seulement cinq ans. Et au cours de la dernière décennie, elle a continué à impressionner son public dans un large éventail d'œuvres classiques et contemporaines.

La saison dernière, Vanessa a fait la une des journaux avec son interprétation d’Aurora dans La Belle au bois dormant de Helgi Tomasson. Ici, elle partage ses réflexions sur ce rôle techniquement et artistiquement exigeant.



Esprit de danse: Dans le Rose Adagio, Aurora équilibre son attitude arrière tandis que ses prétendants s'avancent vers elle un par un et lui prennent la main. Qu'est-ce qui te passe par la tête à ce moment-là?

Vanessa Zahorian: Je pense: «Tirez!» En fait, je n’essaie pas de penser à l’étape, car vous le faites tellement en studio. Je pense à la présentation, je regarde mes prétendants et le public, et je donne l’impression que ce n’est pas difficile.

DS: Avez-vous un signal qui alerte vos partenaires lorsque vous avez une journée de congé et que vous avez besoin qu'ils vous tiennent la main plus longtemps pendant les soldes?

VZ: Ils peuvent sentir si vous êtes prêt ou non. Vous avez juste l'équilibre, et ils doivent être là. Ils ont une grande responsabilité d'être dans la bonne position, et cela prend des heures en studio. Vous devez le faire tous les jours.

DS: Êtes-vous déjà tombé?

VZ: En studio, bien sûr, mais pas sur scène.

DS: Quels sont les autres défis techniques d'Aurora?

VZ: Aurora a des variations à chaque acte. Après le Rose Adagio, vous êtes fatigué mais vous devez vous composer pour la variation qui suit. Parce que La Belle au bois dormant est si basique et pure, vous ne voulez pas laisser le public voir l'œuvre.

DS: Comment apprenez-vous à danser sans effort les pas difficiles d’Aurora?

VZ: Ce n’est pas quelque chose que vous apprenez. Quelqu'un peut vous le rappeler, mais vous devez le trouver par vous-même grâce à l'expérience. Danser pendant de nombreuses années dans une entreprise et faire les rôles difficiles que j'ai eu à jouer, vous trouvez juste le moyen de le faire paraître sans effort. C’est un sentiment.

DS: Que devraient savoir les Aurores pour la première fois?

VZ: Tout dépend du processus et des bons et des mauvais jours. Ça prend du temps. Cela ne viendra pas le premier jour.

programme de formation du centre de danse de Broadway

DS: Comment votre représentation du rôle a-t-elle évolué au fil des ans?

VZ: [La première fois que j'ai dansé Aurora,] je me concentrais sur la technique. J'étais dans une nouvelle entreprise, c'était mon premier long métrage et j'avais 20 ans. Je n'avais pas beaucoup d'expérience. Des années plus tard, je n’ai plus besoin de penser autant à la technique, il est donc plus facile de se détendre dans le rôle.

DS: Comment gardez-vous Aurora fraîche et intéressante pour vous-même?

VZ: Je pense que ce qui fait mourir un ballet, c'est de le faire des centaines de fois. Nous ne sommes pas une entreprise qui fait la même chose chaque année. Notre représentant est si diversifié que vous ne vous ennuyez pas.

DS: Portez-vous la même paire de pointes pour tous les numéros?

VZ: Je fais en fait. Je me sens tellement dans ma chaussure. [Vanessa commence chaque spectacle avec de nouvelles chaussures.]

DS: Quand le prince vous réveille, à quoi pensez-vous? Techniquement, vous êtes embrassé par un inconnu!

VZ: Dans l’histoire, vous ne savez pas comment vous vous êtes réveillé. Vous ne sentez pas le baiser. Je pense à être réaliste, comment se réveiller, sans penser à lui comme celui-là. Donc, quelque chose a déclenché votre cœur, et vous pouvez le montrer avec votre improvisation.

DS: Quelles sont vos paroles de sagesse pour tous ces jeunes danseurs qui rêvent de suivre vos traces?

VZ: Je comprends cela de mon père: quand j'ai un défi, il me dit: «Soyez patient, ça viendra, ne forcez rien.» Si ce n’est pas le cas, quelque chose d’autre se produira. Chérissez tout ce que chaque enseignant vous a dit. Il y a quelque chose de bon de chaque enseignant. Et puis faites-le vôtre, car à la fin, c'est vous sur scène, pas votre professeur ou coach.