Rencontrez Britt Stewart, la première pro noire sur «Danse avec les stars»

Britt Stewart avait déjà une carrière de danse complète avant que «Dancing with the Stars» ne vienne appeler. En grandissant, la native du Colorado s'était entraînée dans à peu près tous les styles à l'exception de la salle de bal, décrochant une place dans Disney's High School Musical à 15 ans après avoir rencontré l'une des chorégraphes du film, Bonnie Story, une ...

Britt Stewart avait déjà une carrière de danse complète avant que «Dancing with the Stars» ne vienne appeler. En grandissant, le natif du Colorado s'était entraîné dans à peu près tous les styles, à l'exception de la salle de bal, décrochant une place à Disney. Musique de lycée à 15 ans après avoir rencontré l'un des chorégraphes du film, Bonnie Story, à Alliance de danse de la ville de New York .

Bientôt, Stewart apparaît dans des émissions de télévision et fait le tour du monde pour des artistes comme Katy Perry et à l'échelle nationale avec Demi Lovato. «J'aime dire que« Dancing with the Stars »est la cerise sur le gâteau de ma carrière de danseur», dit Stewart. `` Cela est arrivé à un moment où je venais de sortir de la tournée avec Katy Perry. J'étais avec elle pendant trois ans et j'adorais ça, mais j'avais vraiment envie de quelque chose de nouveau.




Lors d'une répétition de danse, Stewart a été invité à passer une audition pour devenir membre de la troupe (les interprètes qui servaient auparavant de danseurs auxiliaires de l'émission) dans la 23e saison de `` Dancing with the Stars '', diffusée en 2016. la troupe, je n'avais eu aucune formation formelle de salle de bal, alors j'ai appris pendant ma première saison », dit Stewart. `` Après cela, j'ai fini par concourir seul parce que je voulais vraiment plonger dans le monde de la salle de bal. ''

Bien que les danseurs de la troupe ne font plus partie du spectacle, Stewart a finalement été invité à auditionner pour un endroit convoité en tant que l'un des pros de la danse du spectacle pour la saison 28. Le processus d'audition comprenait la chorégraphie de routines de cha-cha et de valse viennoise, prenant part à un on -Interview à la caméra et enseignement à un non-danseur d'une courte séquence de danse. Mais Stewart n'a pas été invité à rejoindre les pros - du moins pas tout de suite.

Puis, avant la 29e saison (et en cours) de l'émission, Stewart a reçu l'appel auquel elle ne s'attendait jamais. «C'était un choc», se souvient-elle. Maintenant, elle est la première pro noire de la série en 15 ans d'histoire.

Britt Stewart

Kelsey McNeal, avec l'aimable autorisation de ABC

`` Je sais que maintenant je suis dans une position où il y a des petites filles noires et des garçons noirs - quiconque pense qu'ils sont un peu différents dans un groupe - vu que c'est possible, et cela peut arriver pour eux aussi '', a-t-elle dit.

Avec Johnny Weir comme partenaire, Stewart et l'ancien patineur artistique olympique répètent quatre heures par jour depuis la fin du mois d'août - un travail facilité grâce à la «connexion instantanée» du couple, dit-elle, et au soutien des fans. «Je pense que lorsque quelque chose de ce genre se produit, vous supposez automatiquement que votre soutien viendra de la population noire», dit Stewart. `` Et il y a eu beaucoup de soutien dans ma propre communauté, mais ce qui m'a vraiment surpris, c'est tout le monde. J'ai eu un groupe de soutien très diversifié - des danseurs, des non-danseurs, des gens de tous les horizons - et c'est aussi inspirant.

Stewart note rapidement que `` Dancing with the Stars '' a toujours eu une distribution de célébrités diversifiée, et indique plutôt la salle de bal en particulier et la communauté de la danse dans son ensemble comme le véritable problème en ce qui concerne le manque de diversité. «Quand j'ai commencé à concourir dans la salle de bal, j'étais peut-être l'une des deux personnes noires dans la salle», dit Stewart.

«Je pense vraiment qu'ici en Amérique, il y a des communautés mal desservies qui n'ont tout simplement pas accès à certaines choses pour de nombreuses raisons différentes», ajoute-t-elle. «La salle de bal est vraiment chère - c'est un art coûteux, c'est un sport coûteux. Je pense que c'est aussi très difficile pour les danseurs de briser les moules et de sortir de ce pour quoi ils sont typés. ''

Mais Stewart cherche déjà à changer cela. La jeune femme de 31 ans développe actuellement sa propre organisation à but non lucratif, Share The Movement, qui vise à soutenir les enfants de couleur à la fois financièrement et émotionnellement.

«La représentation est quelque chose qui me passionnait déjà vraiment avant« Dancing with the Stars », dit Stewart. «J'ai de l'espoir parce que je crois vraiment que cela change», ajoute-t-elle, citant des danseurs comme Misty Copeland, qui a contribué à faire pression pour plus d'inclusivité. «Maintenant, c'est une conversation, et c'est quelque chose sur quoi on peut travailler.