La star de 'Love & Hip-Hop' Mendeecees Harris est libérée de prison après quatre ans


Après quatre ans, Mendeecees Harris a été libéré de prison mercredi, ce qui a bien sûr été capturé sur les réseaux sociaux.

Après quatre ans, Mendeecees Harris a été libéré de prison mercredi, ce qui a bien sûr été capturé sur les réseaux sociaux. sa femme et Amour et hip-hop la co-star Yandy Smith-Harris était visiblement ravie que son mari soit enfin un homme libre.



Harris a plaidé coupable à des accusations de trafic de drogue en avril 2015, peu de temps avant leur mariage télévisé. Le père s'est présenté à la prison en décembre. Il a ensuite été condamné à huit ans de prison.



Le couple partage une belle métisse famille , y compris les deux enfants biologiques qu'ils avaient ensemble Skylar et Omere, ainsi que les enfants de Harris issus d'une relation précédente Mendeecees Jr. et Aasim. Smith-Harris a également récemment adopté une fille, Infinity, qui a été détaillée sur Amour et hip-hop .

Chargement du lecteur...

Peu de temps après sa libération, Harris a publié sur Instagram des histoires de lui et de sa femme en train de jouer au smash de Roddy Ricch, The Box, tout en se souriant sur la banquette arrière d'une voiture.



Smith-Harris a également partagé une vidéo des deux marchant côte à côte peu de temps après l'avoir récupéré de l'établissement où il était détenu sur sa page Instagram.

Dans le clip, ils se pavanent d'un SUV noir à la poubelle la plus proche où Harris jette des ratés émis par son État dans la poubelle. La légende déclarait fièrement, Ne jamais revenir en arrière… @mendeecees , à côté d'un emoji représentant des mains en prière.

Voir ce post sur Instagram

Ne jamais revenir en arrière… @mendeecees

Une publication partagée par Yandy Smith-Harris (@yandysmith) le 29 janvier 2020 à 11 h 19 HNP

¿Por qué las mujeres negras son tan gruesas?

Pendant le temps de son mari en prison, Smith-Harris s'est consacrée à la réforme du système pénitentiaire. Elle s'est associée à des organisations communautaires et à des militants, notamment la cofondatrice de la Marche des femmes, Tamika Mallory, et la rappeuse devenue militante Mysonne, pour faire mieux connaître les problèmes liés aux droits des détenus.