Doug Letheren

Que feriez-vous si quelqu'un vous remettait un chèque de 10 000 $? Faire du shopping à Paris? Acheter une nouvelle voiture? Ou suivez vos rêves jusqu'en Israël pour apprendre une toute nouvelle approche de la danse et du mouvement? Doug Letheren, 23 ans, a opté pour la dernière. Fraîchement sorti de la Juilliard School de New York, il a déjà ...

Que feriez-vous si quelqu'un vous remettait un chèque de 10 000 $? Faire du shopping à Paris? Acheter une nouvelle voiture? Ou suivez vos rêves jusqu'en Israël pour apprendre une toute nouvelle approche de la danse et du mouvement?

Doug Letheren, 23 ans, a opté pour le dernier. Fraîchement sorti de la Juilliard School de New York, il a déjà été distingué par des danseurs comme Mikhail Baryshnikov. Au printemps dernier, Baryshnikov a proposé à Doug de recevoir un Movado Future Legends Award, décerné chaque année à quatre jeunes artistes aux promesses extraordinaires. Avec cet honneur, Doug a reçu un chèque de 10 000 $. Aujourd'hui, ce danseur dynamique à l'âme poétique utilise son prix pour se pousser en tant qu'artiste.



Doug a grandi à Manchester, NH. À 7 ans, il a suivi son premier cours de danse - un cours de funk, de style MC Hammer pour les garçons - et s'est immédiatement senti chez lui. Il a continué à danser quand il est allé au prestigieux pensionnat St. Paul à Concord, NH. Doug a passé sa première année de formation au Conservatoire National de la Région de Rennes, en France, et est revenu prêt à auditionner pour Juilliard.

Il a impressionné ses professeurs Juilliard dès le début. «C’est un artiste extrêmement charismatique qui a le potentiel de devenir un artiste majeur de la danse», déclare Lawrence Rhodes, directeur de la division de danse de l’école. Alors qu’il était encore en deuxième année, Doug était l’un des rares danseurs sélectionnés pour se produire dans Hell’s Kitchen Dance de Baryshnikov. Il a également joué avec le Public Dance Theatre - maintenant appelé Borderline Dance Circle - une compagnie qui veut apporter la danse aux communautés pauvres. Un voyage d’un mois avec PDT, pour enseigner et se produire au Pérou, a contribué à façonner le point de vue de Doug sur la danse.

«Nous sommes entrés dans un ghetto de Lima», dit-il. «C'était un vrai bidonville avec des cabanes poussiéreuses faites d'ordures. Lors de la dernière représentation, nous étions fatigués, mais nous avons tout donné. À ce moment-là, il s'est rendu compte que la danse était censée être partagée, qu'elle pouvait avoir un impact plus important.

Dans l'espoir de développer la vision et les compétences nécessaires pour faire une différence, Doug a décidé d'aller en Israël pour danser avec le Batsheva Dance Ensemble. Non seulement il sera encadré par le directeur artistique Ohad Naharin (l'un de ses héros), mais il chorégraphiera également. (Batsheva fournit à ses danseurs tout ce dont ils ont besoin pour réaliser leurs visions.)

Doug veut continuer à suivre son cœur. «La danse, à bien des égards, est une éducation, un programme de sensibilisation», dit-il. «Cela peut être un miroir qui vous fait ressentir et réfléchir. Et cela peut inspirer le changement. »