Dans les coulisses avec Rockette Katherine Proctor Charlier

Si vous pensez qu'un programme régulier de 8 spectacles par semaine à Broadway est difficile, essayez 17! C'est ce que les Radio City Rockettes gèrent pendant la période des fêtes. Née en Caroline du Nord, Katherine Proctor Charlier en est à sa huitième année avec les Rockettes et a trouvé le temps de dire à DS comment elle suit le rythme ...

Si vous pensez qu'un programme régulier de 8 spectacles par semaine à Broadway est difficile, essayez 17! C'est ce que les Radio City Rockettes gèrent pendant le saison des fêtes. Née en Caroline du Nord, Katherine Proctor Charlier en est à sa huitième année avec les Rockettes et a trouvé le temps de le dire DS comment elle suit le rythme effréné et ce qu'il faut pour faire partie de cette tradition de New York.

Esprit de danse : As-tu toujours voulu être une Rockette?

Katherine Proctor Charlier: La première fois que j'ai vu les Rockettes, c'était dans le film «Annie». Je ne pensais même pas qu'il était possible d'être une Rockette parce que je vivais en Caroline du Nord et qu'ils étaient dans cet endroit lointain appelé NYC. Puis ils ont commencé à tourner, et en 1998 j'ai vu un ami jouer dans le casting de Chicago. C'est à ce moment-là que j'ai su que j'allais passer une audition.

Il m'a fallu quatre ans d'audition pour entrer. Quand j'ai reçu l'appel me demandant d'être dans l'entreprise, c'était un rêve devenu réalité!

DS : Combien de spectacles faites-vous chaque jour?

KPC: Notre journée la plus longue est de quatre spectacles, mais généralement nous en faisons trois. Nous commençons à 9h30 du matin et partons vers 10 heures du soir. Mais cela en vaut la peine car nous ne sommes ici que pour environ deux mois et nous sommes tous très heureux d'être ici.

DS : Que mangez-vous pour garder votre énergie toute la journée?

KPC: C'est comme se préparer à courir quatre courses de 10 km. Au réveil, je bois tout de suite de l'eau et du jus de fruits et mange une banane ou un bagel. Quand j'arrive au théâtre, je mange un sandwich aux œufs avec du fromage ou une salade de fruits. Entre les spectacles, nous mangeons des pâtes ou du riz avec du poulet, de la salade ou des sandwichs - des choses qui sont faciles pour l'estomac mais qui ont beaucoup de nutrition. Je mange environ six fois par jour, ce qui est amusant car je peux me faire un peu plus plaisir lorsque ces biscuits des fêtes se présentent!

DS : Comment vous échauffez-vous avant un spectacle?

KPC: C'est un bon échauffement de 20 minutes. Je commence sur le sol à faire des étirements de yoga très doux, puis des craquements, des pompes, des squats et des fentes. Ensuite, je fais une petite barre avec pliés, tendus et rond de jambes. Nous avons aussi un mini-trampoline dans le vestiaire, alors je vais sauter dessus pour faire couler mon sang. Ensuite, je monte sur scène et je fais des kicklines, des jump kicks et quelques vignes pour préparer mon corps pour le jeu de jambes rapide que nous faisons dans le spectacle. Le spectacle commence avec un bang et nous finissons avec une kickline, donc c'est non-stop pendant 90 minutes.

DS : Que sont les jump kicks?

KPC: Les coups de pied sautés commencent en première position plié parallèle. Vous sautez tout droit, frappez une jambe à la hauteur des yeux et atterrissez sur une jambe.

DS : Que faites-vous à la fin de la journée?

KPC: Nous passons environ 15 minutes après le spectacle à nous refroidir lentement pour nous préparer pour le lendemain. Les muscles les plus importants à étirer sont les ischio-jambiers et les quadriceps, car ce sont les principaux moteurs des sauts, et les mollets, car nous sommes en talons hauts presque tout le spectacle.

DS : Quand le spectacle se termine, quelle est la première chose que vous faites?

KPC: Je dors jusqu'à ce que je ne puisse plus dormir! Et puis je pars généralement en vacances dans un endroit chaud. Je prends normalement une semaine de congé et je me détends avant de retourner en classe et aux auditions. Je rattrape aussi la correspondance pendant la course de l'émission, je n'ai pas beaucoup de temps pour écrire beaucoup d'e-mails et retourner les appels téléphoniques. J'ai l'impression d'avoir négligé les gens pendant la période des fêtes, alors je passe beaucoup de temps à rattraper mon retard.

DS : Vous avez suivi une formation à la Virginia School of the Arts, au Charleston Ballet Theatre et à la Princeton Ballet School. Quelles disciplines avez-vous étudiées?

KPC: J'ai commencé avec le ballet et je l'ai pris tous les jours quoi qu'il arrive. J'ai aussi pris du jazz, des claquettes et du moderne, et pendant les programmes d'été, je prenais du flamenco, du hip hop et d'autres styles qui n'étaient pas proposés pendant l'année, juste pour m'assurer de tout couvrir. Les Rockettes sont très athlétiques et la colonne vertébrale est le ballet, le jazz et les claquettes.

DS : Quelle est la meilleure partie d'être une Rockette?

KPC: La fraternité et les amitiés. Vous êtes ensemble toute la journée tous les jours et vous développez des liens si forts. Seules les autres Rockettes savent ce que vous avez traversé - à quel point vous êtes fatigué, à quel point vous avez travaillé dur pour réussir. C'est une amitié irremplaçable.

DS : Quels conseils donneriez-vous aux danseurs qui aspirent à faire partie des Rockettes?

KPC: Ne jamais abandonner! J'en suis un très bon exemple. Il est très tentant d'abandonner, mais si vous voulez vraiment quelque chose, vous devez y travailler plus dur. Les Rockettes sont si fortes en ballet, jazz et claquettes, et j'avais besoin de travailler ma force et ma précision. Continuez à suivre des cours et demandez l'avis d'experts. Et ce ne sont pas seulement les cours de danse qui vous font entrer dans une compagnie comme les Rockettes - vous devez être concentré mentalement, très amical (parce que nous organisons beaucoup d'événements de relations publiques), bien parlé et réussir à l'école. Ils veulent s'assurer que chaque femme représente l'héritage des Rockettes.

Photo courtoisie Katherine Proctor Charlier