6 ballerines partagent leurs premiers souvenirs de chaussures de pointe

La marque d'une ballerine habile est sa capacité à faire ressembler la pointe à une partie de son corps, une extension de sa jambe magnifiquement courbée en S. Il est difficile de croire qu'elle a jamais eu cette première fois maladroite sur pointe. Nous avons demandé à six ballerines professionnelles de se souvenir de cette toute première paire, et les souvenirs qu'elles ont partagés ne manqueront pas de vous faire sourire.

La marque d'une ballerine vraiment talentueuse est sa capacité à faire ressembler la pointe à une partie de son corps, une extension de sa jambe magnifiquement courbée en S. Il est difficile de croire que la chaussure lui ait jamais été étrangère, ou qu'elle ait jamais eu cette première fois maladroite sur pointe. Nous avons demandé à six ballerines professionnelles de se souvenir de cette toute première paire, et les souvenirs - et les photos - qu'ils ont partagés ne manqueront pas de vous faire sourire.


Dana Benton

Danseur principal, Colorado Ballet

Benton dans 'The Sleeping Beauty' (Mike Watson, avec la permission du Colorado Ballet)



«J'avais 10 ans quand j'ai eu ma première paire de pointes, je m'entraînais avec Deborah Bowes à la National Ballet School de Toronto, au Canada. Mon installateur était Carol Beevers et je suis toujours en contact avec elle. Tous les danseurs de la compagnie du Ballet national du Canada portaient un seul type de chaussures - je ne m'en souviens plus maintenant, mais je le voulais bien sûr. Malheureusement, mes pieds étaient trop petits - j'avais une taille d'enfant 12. (J'ai encore de petits pieds. Mes Suffolks ne sont que 1,5 XXX!) J'étais tellement déçu et j'ai aussi commencé à m'inquiéter qu'ils n'auraient pas de chaussures qui me conviennent . Mais nous avons trouvé une paire de Gamba qui convient. J'étais sur le nuage neuf.

Benton en tant qu'étudiant (avec la permission de Benton)

lil buck et yoyo ma

Lia Cirio

Danseur principal, Boston Ballet

Lia Cirio dans `` La Belle au bois dormant '' (Liza Voll, avec la permission du Boston Ballet)

«J'ai eu ma première paire de pointes à l'âge de 12 ans, en m'entraînant avec Lori Ardis au Swarthmore Ballet Theatre. J'étais tellement excitée d'aller à mon essayage pour ma première paire. Mon professeur nous a fait passer une série de tests de résistance aux orteils avant que nous ne soyons autorisés dans les chaussures elles-mêmes. Lorsque vous avez réussi le test à ses yeux, elle vous amènerait personnellement à choisir votre première paire. Un de mes amis de ballet est passé en même temps que moi, alors Mme Ardis nous a emmenés ensemble. Je ne me souviens pas de la chaussure exacte, mais j'ai fini avec une paire de Capezios. Je me souviens avoir pensé à quel point ils étaient beaux et j'ai adoré la couleur du satin. J'étais très inquiète de ne pas être capable de me mettre sur les orteils dans les chaussures. ''

Cirio en tant qu'étudiant de 13 ans (avec la permission de Cirio)

«Mes premiers cours de pointe me donnent l'impression qu'il y a une vie. Je me sentais plus fort que je ne le pensais (probablement à cause de ce test de force que mon professeur m'a fait subir). Cependant, j'étais vraiment triste de voir à quelle vitesse mes pieds et mes ongles étaient contusionnés. Je me souviens avoir eu l'impression que mes pieds ne seraient plus jamais les mêmes!

Lillian DiPiazza

Danseur principal, Pennsylvania Ballet

Lillian DiPiazza dans 'Romeo and Juliet' (Arian Molina, avec la permission du Pennsylvania Ballet)

`` Je me souviens quand j'étais en Préparation pour Pointe (un niveau de mon école de ballet, Maryland Youth Ballet), la fondatrice de l'école, Tensia Fonseca, m'a amenée dans son bureau pour que j'essaye une petite paire de pointes. Elle pensait que je serais peut-être trop petit à 10 ans pour les adapter. Mais ils correspondent! J'étais ravi. Et bien sûr, cette année-là, j'ai eu ma première paire de pointes: Capezio Nicolini, taille 1,5. J'ai eu mon essayage dans notre magasin de danse local, Artistic Dance, avec deux amis de ballet et notre professeur, Tensia Fonseca. Nous étions ravis de voir quelle marque nous allions obtenir.

(ici et ci-dessous) S'équiper pour sa première paire de pointes (avec la permission de DiPiazza)

`` Nous avons dû laisser nos pointes au studio de ballet pendant les premières semaines, car nous avons appris la technique appropriée pour le travail de pointe. Je suppose qu'ils ne voulaient pas que nous essayions les pirouettes à la maison le premier jour! Cela semblait décevant à l'époque, mais maintenant je peux voir l'importance pour les jeunes danseurs.

Isabella DeVivo

Soliste, Ballet de San Francisco

Isabella DeVivo dans 'The Nutcracker' (Erik Tomasson, avec la permission du San Francisco Ballet)

comment faire un costume de danseur

«J'ai grandi en dansant à la School of American Ballet. Là, j'ai eu la chance de participer aux productions du New York City Ballet. Enfant, ce fut une expérience spéciale de danser sur la même scène que tant de danseurs de compagnie que j'admirais tant. Après les représentations, je laissais des petites notes à mes idoles de ballet, et je demandais si je pouvais recevoir une paire de leurs pointes signées. Je les porterais comme mes pantoufles à la maison, en utilisant des élastiques autour de mes arcades pour les empêcher de se détacher. De nombreuses heures ont été passées devant le grand miroir de ma mère à tenter les pas que j'avais vu les danseurs jouer. Quand j'ai finalement eu l'âge d'en avoir une, j'ai essayé de garder à l'esprit toutes ces ballerines qui m'inspiraient, dont j'avais déjà testé les chaussures, dont j'avais rêvé de recréer la présence. À ce jour, le moment où j'ai noué pour la première fois les rubans de mes propres pointes reste un souvenir très précieux pour moi. C'est à cet instant que j'ai vraiment commencé à écrire ma propre histoire.

DeVivo en tant qu'étudiant (avec la permission de DeVivo)

Daphné Lee

Théâtre de danse de Harlem

Raphael Baker, avec la permission de Collage Dance Collective

«Ma première paire de pointes était Grishko NovaFlex. La large boîte s'adapte à mes pieds larges et plats et à mes orteils courts. Je me suis entraîné au Rahway Dance Theatre à Rahway, NJ, et ma mère, Jay Skeete-Lee, en était le propriétaire. Par conséquent, j'ai eu l'honneur d'avoir ma maman enseigner mon premier cours de pointe. Elle est certifiée de la Royal Academy of Dance et formée au English National Ballet and Dance Theatre de Harlem. Je me souviens que le cours s'est mieux passé que je ne le pensais parce que ma mère a commencé tout le monde avec des chaussures demi-pointe de Sansha. Ce sont comme des pointes sans tige, donc vous ne pouvez pas aller sur les pointes, mais cela vous prépare pour le travail de pointe en travaillant sur votre relevé. J'étais très contournée et j'avais du mal à garder l'équilibre, et mes orteils et mes pieds étaient enflés à la fin du cours. Ma mère nous laissait 5 minutes avant la fin des cours pour enlever les chaussures et sauter pour remettre le sang circuler sur nos pieds. Quel soulagement.'

Une jeune Lee en classe avec sa mère (avec la permission de Lee)

`` Mon studio de danse était ethniquement mixte et tout le monde devait apprendre à crêper ses chaussures pour correspondre à ses collants. Ma mère a appris à tout le monde comment le faire, et elle avait aussi une petite chanson sur le fait de nouer des rubans. Ce que j'ai aimé chez ma mère, c'est qu'elle savait à l'époque que la danse était récréative pour moi, mais elle m'a quand même exposé aux possibilités de ce que pouvait être une danseuse professionnelle. Comme on peut le voir, j'y suis allé!

Tricia Albertson

Danseur principal, Miami City Ballet

Tricia Albertson dans `` La Valse '' de George Balanchine (Alexander Iziliaev, avec la permission du Miami City Ballet)

«J'avais 10 ans quand j'ai eu mes premières pointes. Les vendeurs ont donné du fil à retordre à ma mère et ont dit que j'étais trop jeune, mais mes pieds étaient étonnamment forts pour cet âge. J'ai fini avec une paire de Capezio Contemporas. J'étais étourdi par mon premier essayage. Je me souviens m'être sentie vraiment mature, comme si c'était un signe de grandir, d'être une danseuse adulte.

Albertson en tant qu'étudiant (avec la permission d'Albertson)

«Je m'entraînais dans une petite école à Santa Cruz, en Californie. Vicki Bergland, une merveilleuse enseignante et toujours une grande amie, a été ma première enseignante de pointe. J'étais, bien sûr, excité pour mon premier cours, jusqu'à ce que j'attache ces choses sur mes pieds et que j'essaye vraiment de me tenir dessus. On m'a appris à utiliser de la laine d'agneau dans mes chaussures, qui ne reste pas vraiment en place. Je me souviens avoir senti l'intérieur dur de la chaussure frotter sur mes orteils. Nous avons fait des choses très simples dans cette classe: il suffit de passer en parallèle et de descendre. Je pouvais à peine atteindre la pointe avec les genoux droits. J'ai quitté la classe ayant perdu ce sentiment de maturité! Les ballerines ont rendu les choses si faciles. J'avais en tête que je serais capable de faire beaucoup plus beaucoup plus rapidement. Je me demande parfois ce qui m'a donné envie de continuer à essayer après les ampoules, les ongles d'orteils qui donnaient l'impression que quelqu'un les avait frappés avec un marteau, et à quoi ressemblait un si long chemin pour arriver à danser vraiment dessus. Mon premier professeur a été très encourageant, et même à cet âge, même lorsque je me sentais découragé, je n'ai jamais voulu abandonner le ballet. Je l'ai trop aimé.


Une version de cette histoire est parue dans le numéro de mars 2019 de Esprit de danse avec le titre «Ma première paire».